Décryptage politique

Etat is back ?

Par Matthieu Chaigne

Partout. Affichée en grands titres dans les magazines, avancée sur les ondes comme un fait établi : la crise signerait le grand retour de l’Etat et la revanche des citoyens contre l’élite financière et libérale. Sauf que les Français, bien que sceptiques sur le bien fondé de l’économie de marché (cf Les Français l’avaient bien dit : « ca va mal finir »), ne fondent guère plus d’espoir dans l’Etat pour résorber la crise.

L’Etat et les Français : les cocus n’y croient plus guère

Face à la crise, les Français placent d’abord leurs espérances dans les initiatives individuelles. Interrogés par CSA à la suite de l’intervention de Nicolas Sarkozy du 25 septembre, ces derniers misent d’abord sur le citoyen pour réduire l’impact de la crise. Plus étonnant encore, alors que l’amalgame aurait pu être fait entre dérive financière et capitalisme, les entreprises constituent le second acteur auxquels les Français font confiance pour résorber la crise.
Le gouvernement n’apparait qu’en quatrième position, inspirant confiance à 47% seulement des Français, un score qui doit beaucoup aux sympathisants de droite, qui à 86% estiment avoir confiance dans l’équipe de François Fillon pour réduire l’impact de la crise financière en France, dans un élan qui n’est peut-être pas étranger aux réflexes partisans

De même, les Français sont minoritaires (47%) à avoir confiance dans le président de la République. La structure de ses soutiens est néanmoins légèrement différente, ce dernier suscitant davantage encore la méfiance des sympathisants de gauche, tandis que les sympathisants du Modem sont 35% à lui faire confiance contre 31% pour François Fillon.

Action de Sarkozy : les commentateurs applaudissent, l’opinion publique n’y croit guère

Bref, l’action de Nicolas Sarkozy est loin de provoquer l’unanimité. Si le président de la République a suscité les éloges des leaders d’influence – même le grand ennemi, François Bayrou s’est senti obligé de reconnaitre la bonne gestion du président – sa cote de popularité n’a pas profité de son activisme.
En octobre, selon un sondage BVA pour l’Express, 54 % des Français ont indiqué avoir une mauvaise opinion du chef de l’Etat soit une baisse de 6 points par rapport au précédent baromètre. A sa décharge, Nicolas Sarkozy est aussi le catalyseur des difficultés individuelles : comment pourrait-il gagner en popularité alors que ses administrés voient tous les clignotants de l’économie assombrir leur situation à venir ?

Mais au-delà de l’effet exutoire, le président semble aussi critiqué pour sa méthode :dans le même sondage BVA, les Français avaient le choix entre 4 adjectifs pour qualifier l’action de Nicolas Sarkozy face à la crise actuelle : désordonnée / inefficace / Appropriée / Rassurante.
Or l’action de Nicolas Sarkozy est d’abord jugée désordonnée -par 31 % des Français-. Il est certain que le sujet est technique, complexe et que les tractations au sein d’organes lointains comme la Commission Européenne ou l’ONU ont pu sembler éloignées des préoccupations des concitoyens. Il est vrai enfin, qu’une communication trop intense de la part de l’exécutif risquait de provoquer une dramatisation contre productive.

Petit Nicolas se démène sans résultats

Dans ce contexte, un sondage d’Opinion Way pourrait en apparence redonner du baume au cœur au Président. Ainsi, selon cette étude, 60% des Français estiment que Nicolas Sarkozy gère bien la crise. Ce résultat, que le Figaro s’est empressé de mettre en première page, est en réalité une claque pour le Président. Car le même institut a réalisé quelques jours plus tôt une étude selon laquelle 66% des Français estimaient que le gouvernement n’était pas vraiment en mesure de protéger les français contre la crise, contre 14% d’un avis contraire.
En d’autres termes, les Français jugent que le président a bien agi. Mais qu’il ne peut pas grand-chose.

La guerre du bluff

Ces résultats ajoutent encore au pessimisme quant à l’issue de cette « drôle de crise » : dans ce jeu de poker menteur que se livrent banques, états et commentateurs, deux remparts empêchaient jusqu’à présent notre pays de sombrer totalement dans le marasme :

- la confiance dans les banques. Dans un sondage BVA pour BFM publié le 08 octobre, 84% des Français estiment que leur banque ne risque pas d’être mise en faillite dans les prochaines semaines. Une confiance qui risque fortement de s’éroder si des banques de détail, pourtant jugées sûres, venaient à subir les mêmes déconvenues que la Caisse d’Epargne.

- la maturité de nos concitoyens qui n’ont pas cédé à la panique. Mais l’équilibre est précaire. Si d’aventure, le vent de panique irrationnelle de la place financière venait contaminer l’économie réelle, si le scepticisme envers l’Etat venait à se transformer en défiance, alors les Français, qui continuent à consommer, 0,6% de hausse en septembre selon l’INSEE, risqueraient de sombrer dans le même écueil que la planète finance. Aggraver la crise par le simple fait de l’énoncer.



4 commentaires

  • En ce funeste anniversaire du Jeudi Noir de 1929. Le jour où la panique gagna les bourses de New York. Je préfère me rappeler de l’homme de la situation, Franklin Delano Roosevelt avec son New Deal puis son Bretton Woods.

    Aujourd’hui, une fois encore, nous avons pu s’apercevoir que la crise n’est pas derrière nous. Nous sommes en plein dedans. La destruction de l’économie réelle s’accélère. Et avec les plans fous de renflouement du système, le risque d’une crise d’HYPERINFLATION augmente chaque jour! L’existence même des nations est mise en cause !

    Hier, devant un parterre de dirigeants de Hedge Fund, Nouriel Roubini déclare que le pire est à venir.

    La solution aujourd’hui! Dire stop à la folie de la tyrannie financière avec un VRAI Nouveau Bretton Woods!

    Une bataille s’est engagée entre les dirigeants politiques autour du contenu du sommet sur la crise financière qui se tiendra le 15 novembre 2008 à Washington.

    La population doit s’accaparer le débat! A toi la Parole!

    David C.
    david.cabas.over-blog.fr

  • « Je préfère me rappeler de l’homme de la situation, Franklin Delano Roosevelt avec son New Deal puis son Bretton Woods. »
    .
    C’est plutôt un « rappel » appris dans les écoles de notre triste éducation nationale, car si l’enseignement était correct on apprendrait que :
    1) l’administration Hoover a transformé une situation qui pouvait être transitoire en crise durable
    2) Roosevelt n’a fait rien d’autre sinon continuer le même genre de politique et que le mal étant fait les seuls qui pouvaient se justifier (tout étant un peu autistes et sourds) sont également ceux qu’on crois (à tort) être des pompiers sauveteurs alors qu’ils n’ont fait qu’approfondir la crise.
    3)le nombre hystérique de mesures (Acts) prises a transformé l’administration américaine dans une énorme Usine bureaucratique où plus tard aucun politicien a eu le courage de reviser que sinon en demi-mesures rajoutées au vernis bureaucratique déjà en place
    4) les politiciens sont des artistes qui aiment la diversion pour cacher leur premier intérêt qui est celui de défendre contre tout et tous leur petit bout de nez electoral

  • Le gens sont bien moins benêts que ce qu’on esaye de nous faire croire et on sens que derrière ces chiffre, la défiance et la colère monte vis à vis de ceux qui on emmené le système financier dfans le mur en se gavant pendant toutes ces années; Le gouvernement fait peut-être bien ce qu’il peut pais il ne peut pas grand chose et le fait déjà trop tard. Tout le monde le sens.

  • très bel article Monsieur Chaigne, félicitations !

    face à ce constat, que conseillerez-vous à Nicolas Sarkozy dans la gestion de sa communication les prochaines semaines ?

Laisser un commentaire